Accueil > 1- Blog-Notes > Ailleurs > Vacances > Buon Giorno Firenze

Buon Giorno Firenze

jeudi 7 décembre 2006, par Olivier Duquesne aka DaffyDuke

Jour 1 : Arrivée à Florence et visite de la Cathédrale

Après un spectacle curieux voire pénible, Bahrati au Zénith, interminable, nous sommes enfin rentrés à 1h du mat’. L’avion étant à 6h à Charleroi, pas facile le réveil ....

Passage chez Vince et Roberta, et c’est parti pour l’Aéroport suivi d’un peu plus d’une heure d’avion avec Ryan Air (43 € l’aller-retour) et enfin une heure et demi de train (4,20 €). Tata ! Nous sommes à Florence ! Passage à l’Hôtel tout de suite pour déposer les sacs. On avait réservé 3 chambres à l’Institut Gould, une espèce de mix entre auberge de jeunesse et orphelinat , réservé sur parole ! Rien que pour çà, chapeau bas ! Une seule chambre est prète, on dépose nos affaire et on va faire un tour en ville. Des antiquaires, des marchants d’art, nous découvrons rapidement le magnifique Porto Vecchio et le musée que nous irons voir demain. Roberta a déjà réservé l’entrée. Principe agréable qui permet de ne pas faire la queue s’il y a trop de monde. On se balade jusqu’au marché où on mangera dans un petit boui boui, dans les halles, copie conforme des Halles de Wazemmes. Un serveur hyper speed et plein d’humour, on y mange pas mal pour pas trop cher.

Nous allons ensuite visiter la Cathédrale. Pas grand chose à voir à l’intérieur quoiqu’on y voit de superbes gravures et surtout une magnifique fresque sous la nef, il se pourrait qu’il y en ait encore au sous-sol mais c’est interdit au public. Pour 6 € on gravit les 470 marches pour gravir la Cupola, s’approcher de plus prêt du dôme, avoir une vue magnifique sur tout Florence. Heuresement la météo est avec nous ! Tout là haut je suis désigné photographe par les touristes, hop, 4 photos de « could you take a photo please ? ».

C’est alors que nous dégustons de grandes glaces, surtout moi, plutôt pas mal. Un goût un peu chimique sur certains parfums, mais bien tout de même. C’était au Fuego, Piazza Sauro.

La soirée se poursuivra dans une excellente pizzaria. Je suis les conseils de Roberta. Mmmmh, ça y’est, je sens enfin le goût que ça a une pizza, avec du parmesan et du vieux fromage dont j’ai oublié le nom, mais qui ajoute une note formidable. Dommage, je n’ai pas retenu l’adresse.

Cette nuit là, dodo de bonne heure, faut se remettre du trajet ...

Jour 2 : Visite de la Galleria degli Uffizi

Tout le monde est près sauf Sansan qui décidément ne souhait epas venir avec nous. Les musées, c’est pas son truc. Bref, on est parti pour 9h30 avec d’abord une pause dans une boulangerie où on y mange drôlement bien, Ricci. Très bon croissants, excellent cappuccino mais au dire de certains un chocolat chaud exécrable. Sur le trajet de la route, JB nous abandonne, son genoux est en train de lâcher, on se retrouvera plus tard. Finalement on économise les 3 € de réservation puisqu’il n’y a personne à la queue, ou presque. Waw ! On subit une fouille et un passage aux rayons X pire qu’à l’Aéroport. Une fosi à l’intérieur, du fait de l’exposition La Mente de Leonardo, on doit s’affranchir du tarif exceptionnel de 9,50 € au lieu de 6. On a tout de même droit à trois quart d’heure d’attente pour arriver dans ce qui s’avère être un bout de l’expo Léonard de Vinci, sans précision. A l’intérieur, on y voit des recherches sur le corps humain, sur l’art guerrier, essentiellement sous forme de manuscrit. S’ensuivent alors moultes gravures, sculptures et autres tableaux sur l’art chrétien pendant la Renaissance, dont de célèbres Boticelli. Une fois arrivée à la terrasse du bar, nous convenons de contacter Sansan via le portable de JB. Quiproquo aidant, on est très largement en retard. On découvre, juste avant la sortie et de fait trop tard, une magnifique exposition Léonard de Vinci : des maquettes, des reconstitutions, des vidéos, sa connaissances des arts (musique, poésie, peinture), on le découvre cinéaste en herbe, mécanicien, physicien, aviateur. Impressionnant, ce type était doué dans tous les domaines !

Nous retrouvons Sansan pour manger des paninis de qualité certes, mais pas très bourratif tout de même. Ballade, shopping, expérience douloureuse dans une église qui me rappelle Maman. Coup de blues ...

Apéro pour découvrir une forme de Campari que j’ignorai, et dire que j’en ai une bouteille chez moi !

Ce soir là, on s’attable dans un resto qui nous avait tenté la veille mais qui était complet. L’Osteria Del Cinghiale Bianco. Conseillé par le Routard (avec l’affiche en vitrine), on y parle français et anglais, « ça sent le piège à touristes ». A titre perso, je me retrouve à manger du sanglier surgelé qui a le gout d’une pauvre carbonnate en quantité "menu enfant". d’autres doivent se contenter de 7 malheureuses boules farcies. Hum ! Ca fait cher ! Heuresement, l’entrée de charcuterie était excellente, mmmh, les supers rognons !

On se sépare une fois encore. On va voir la ville de Florence depuis le Forti di Belvédère, sur les conseilles de la marchande de lingerie avec qui Roberta a discuté tout à l’heure. Ha, on n’a pas eu droit au concours de Marie, quel dommage. Oui, le rose Aubade était chouette, mais je préférai le rouge Chantelle, question de goûts hein ... Mais revenons à Florence, de là haut, on a une vue superbe, mais il aura fallu en gravir des marches une fois encore. On surplombe la ville, vue magnifique, toute éclairée.

Nous passerons une partie dans la nuit dans un troquet, le Pop Café, Piazza S. Spirito. Génial, là je peux me commander une salade pour couper ma faim.

Jour 3 : Le Palazzo Vecchio

Dernier jour, déjà ! On remets les clés et s’affranchi de 48 € pour les deux nuits. On a même le droit de laisser nos sacs dans une pièce à part jusqu’à ce soir.

Nous visitons dans un premier temps une exposition photo Triumph from Tragedy de David Lee qui nous montre en détails le déluge de boue qui s’est abbatu sur Florence en 1966, avec tous les dégats que cela a pu avoir sur les pièces de collection et les habtitations bien sûr.

Nous nous rendons alors au Palazzio Vecchio, tout près de la Galleria degli Uffizi. Nous suivons un conseil Wikitravel payant, 2 €, nous profitons de la visite avec Parcours Secrets, soit 6 € en tout. Petite incompréhension, on loupe le coche mais nous avons droit à une visite guidée des salles, avec passages secrets de partout, les explications des peintures (guerres gagnies pour l’union autour de Florence), du marbre rouge, noir et blanc (mêmes symboles), jusqu’aux charpentes. S’ensuit alors la découvertes des salles du palais, lieux de vie et de recherches (notemment en géographie). Petit bonus, comme nous n’avons aps suivi de contrôle, nous revendons nos places à 4 € à des touristes :-)

Nous nous faisons alors un petit resto sympa. Objectif, manger des pâtes, pour bien se caler, ce soir on n’aura probablement pas le temps de manger. Miom, à ça valait le coup ! Bonheur, en quantité réisonnable tout juste comme il faut. Marte, là encore j’ai pas retenu l’adresse....

Après-midi shopping, je ramènerai du fromage et des biscuits. On rentre alors sur Pise Aéroport après malgré tout un passage obligé par l’hôtel pour récupérer nos bagages.

Retour, train, avion, voiture, retour à la dure réalité du Nors-Pas-de-Calais ....

Nettographie

 Wikitravel
 Wikipedia
 Guide du Routard
 Lonely Planet
 WikiMapia

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?