Accueil > 1- Blog-Notes > Ailleurs > Lis tes râtures > Poésie contre le SIDA

Poésie contre le SIDA

mardi 24 janvier 2006, par Olivier Duquesne aka DaffyDuke

Un virus assassin (VIH)

Pour avoir ressenti,
Les plaisirs de la vie,
Ils paieront !
Pour avoir vécu,
Une expérience à nu,
Ils paieront !
Pour avoir un enfant,
Et en etre les parents,
Ils paieront !
Pour créer la génération de demain,
Donnons-nous la main,
Et alors peut-etre arreteront-ils de payer !

Un espoir, une lueur,
Vivent au fond de leur coeur,
C’est peut-etre demain,
Que naitra le vaccin.
Quand ce jour arrivera,
C’est l’amour qui viendra,
Pour une nuit, pour la vie
C’est un couple réuni,
Ne vivant plus dans la peur
De rencontrer ce malheur.
Mais dans le plaisir de savourer la vie !
A tout jamais débarrassé
De ce virus, de cette plaie.

Le sida est une maladie
Qui détruit notre courte vie.
A l’intérieur de notre corps,
Elle dévore jusqu’à la mort.
Tout doucement et lentement
Elle fait souffrir horriblement
Ceux qui la portent en leur coeur
Ainsi que la douleur et le malheur.
Pour un geste d’amour,
Ils paieront à leur tour
Le grand prix qu’est la vie
Pour avoir gouté les plaisirs de celle-ci.


Voir en ligne : http://daffyduke.lautre.net/littera...

Vos commentaires

  • Le 16 avril 2006 à 18:25 En réponse à : Poésie contre le SIDA

    :aime

    Tu nous a pris ...
    Tu nous a détruit..
    Tu nous a fais aimé ...
    mon amour est mort par ta faute
    nous ne sesson de donné pour t’éliminer
    mais en vint rien ....

  • Le 17 avril 2006 à 00:08, par Olivier Duquesne aka DaffyDuke En réponse à : Poésie contre le SIDA

    Puis-j’espérer qu’il ne s’agit là que de poésie irréelle :triste

  • Le 6 octobre 2006 à 23:09 En réponse à : L’éducation sentimentale (le 03-10-2006 01h43)

    Pas vraiment écrit en pensant au sida, mais me relisant les mots peuvent prendre toute autre forme, l histoire vous appartient.

    L’éducation sentimentale :

    La fin d’un amour n’est pas une fatalité, ni une souffrance quand celui-ci s’est estompé, quand l’histoire est usée. Mais quand l’amour, la passion, l’envie, les rêves sont toujours grandissants, comment doit-on faire ? On ne m’a jamais appris à mourir comme ça. L’éducation sexuelle n’est plus présente dans nos classes et l’éducation sentimentale alors, n’y a-t-on jamais pensé ? Pourquoi les têtes pensantes ne nous ont-elles jamais appris à nous protéger ? Une seule raison me vient : parce qu’en amour véritable nulle protection n’est nécessaire, elle doit être bannie d’ailleurs, on doit être ouvert et prêt à payer le prix fort en cas de contamination irréversible. C’est ce qui m’est arrivé, tu coules en moi comme je coulais en toi autrefois. Le mal est sévère, j’ai consulté, on ne peut rien faire. On m’en a fait avalé des placebos, naïfs qu’ils sont. N’ont-ils jamais aimé ? Aujourd’hui on veut me servir quoi ? Des putes lobotomisées, y’avait pas grand-chose à extraire de toute façon ! Ca empeste le silicone et le latex. Quoi de meilleur que la véritable odeur du sexe qu’on retrouve toujours envahissant à l’aube après une courte nuit de sommeil ? Ta présence exalte ces molécules qui nous enivrent à nouveau. Chez nous pas de limite, pas de baisse de régime, jamais de fatigue dans l’étreinte. Et ces gens qui pensent faire l’amour, laissez moi rire ! Osent-ils seulement se regarder, se parler, se sentir, se goûter après leur chevauché finalement solitaire ? Qu’y a-t-il de différents entre eux et la masturbation ? Osent-ils se regarder dans l’effort celui qui vous rend laid et beau à la fois sous les grimaces du plaisir ? Le plafond ou l’oreiller sont-ils leur unique horizon ou s’observent-ils sous toutes les formes, sous tous les angles ? Non ils cachent ce qui pénètre ou ce qui se fait pénétrer. Pathétique. Nous on avait nos miroirs, si on avait pu on en aurait mis partout pour ne rien rater. La caméra était souvent là pour compléter nos yeux si imparfaits, on en a deux mais ils ne peuvent regarder qu’une chose à la fois. On a eu une fois un ministère du temps libre, vous imaginez ? Un ministère de la mal-baise, y’aurait eu un peu plus de boulot, non ? M’enfin si c’est pour confier ça à des bedonnants qui ne voient même plus leur propre sexe alors comment peuvent-ils prendre soin de celui des autres ? L’éducation sentimentale, pensez-y, là sera l’apothéose du sexe. En attendant tes cris ne réveillent plus les voisins.

    Vincent

  • Le 7 octobre 2006 à 18:54, par Olivier Duquesne aka DaffyDuke En réponse à : L’éducation sentimentale (le 03-10-2006 01h43)

    Et bien mon cher Vincent, tu me fais de la peine si tu as attrapé une maladie mais en même temps je suis heureux que cela n’ait pas changé ton plaisir !

    Continue sur cette voie mon bon.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.