Accueil > 1- Blog-Notes > A la maison > On est tous dans la merde, tout est dans la profondeur

On est tous dans la merde, tout est dans la profondeur

dimanche 18 février 2007, par Olivier Duquesne aka DaffyDuke

Lundi

Aujourd’hui au boulot on me confie enfin un truc à faire : terminer la configuration d’un environnement MDA. L’occasion de remettre à plat un système de relivraison de fstab, de palier à une non fonctionnalité MySQL [1], un module kernel propriétaire [2] récalcitrant en 2.6.15, etc ... Le soir, l’occasion de dépiler moultes mails ... et soirée télé.

Mardi

C’est l’Apéro SPIP au Centre Culturel Culturel à Lille. L’occasion de rencontrer des développeurs, des graphistes, des techniciens. Izo se retrouve conférencier pour détailler les nouvelles fonctionnalité du logiciel, Claude maître des clés, moi même à défendre les hébegeurs associatifs. D’autres sont venus comme Fred, Katia, Emile, Pif ... Le soir nous retrouvons Jean-Yves aux Trois Brasseurs jusqu’à décider le commencement de la traduction en Ch’ti. Le soir même je m’y mets, mais le fichier n’a toujours pas été intégré sur spip-trad. Dommage. Tout çà pour rien ?

Mercredi

Ce soir nous décidons de tous aller au Festival International du Court-Métrage au Palais des Beaux-Arts. Ce soir c’est le cycle Fiction 1. Parmi mes préférés, j’ai retenu : Wolf’s Dream, l’histoire d’un fille traumatisée par la mort d’une fille ? sa fille ? elle-même ? DVD un délire autour d’un meeting-boy déjanté. Et Dime Lo Que Sientes, cette mexicaine qui devient écrivaine publique. Amusant, je cherche plus facilement à écouter les dialogues espagnols que les anglais, et bien sûr pas les allemands. C’est ce soir que je choisirai le titre de cet article. Ensuite nous retrouvons Vince et Roberta et notre Monsieur Costaud qui se remet tout doucement au Mac Ewans. Ce qu’on en retiendra : une Kwak pression c’est toujours le bonheur. Marie a disparu ... Blacky est enfin parmi nous, ouf, il vit encore, François est amoureux.

Jeudi

L’occasion de vivre une soirée autour du jeu Defifoo. Ce soir ça se passe à La Chimère. J’ai le numéro 36. Là c’est le rouge, une espèce de tarot avec une bombe. Très drôle, pas forcément original mais ravi d’avoir rencontré Marie, Dorothé, Hughes et un tas de gens inconnus. Sansan nous a rejoint plus tard dans la soirée, avec un jus de "pommes-de-terre", merci Mike ! Marie est toute cassée et n’a pu nous rejoindre, dommage.

Vendredi

Je m’étais promis d’aller à Lens au concert de Mukta organisé par mon copain Cesco, dans le cadre d’un cycle autour de l’Inde à la Médiathèque. Malheureusement, avec les courses pour trouver un cadeau original pour Mike, merci Marie de m’avoir rappelé tout çà, brefle, je me retrouve au Lazer Troopers je sais pas quoi mais évite habilement la partie. On se fera un chouette resto en terre connue, le Bistrot du Théatre. Marie nous a rejoint, Sophie râle, Claire écoute, Sandrine mange, Mike fait régime, et ben ... Plus tard, c’est enfin l’occasion pour nous de découvrir le Supermarket, rue de Wazemmes. Merci MySpace, la pub n’était pas trompeuse, le lieu est agréable, mais le son est tout de même très fort !

Samedi

Malgré la newsletter de Cityvox, il ne se passe rien de spécial à l’Opéra. On peut en voir quelques préparations à la Maison Folie Moulin mais rien de plus. Par hasard, je découvre les potentiels plans de mon futur appart .... Je suis drôlement intéressé, "Tu vas encore recomencer ?" me dit-elle. Ouai c’est vrai, c’est encore en rez-de-chaussée ... J’ai 20 minutes pour profiter de mini court-métrages dans les camions face à Euralille. Drôlement sympa ces dessins animés. Quelques minutes avec les gens d’Esterra. La Ville de Lille a mis le paquet Grand’Place pour annoncer (enfin) le tri sélectif à Lille. En effet, dans tout le reste de la métropole, on trie depuis près de 10 ans ! Je rencontre ensuite Les Blaireaux et Goane à l’Aéronef. Je ne peux aller au concert pour de fausses raisons mais j’y retournerai un autre soir. Super sympa ce dialogue, ces parcours, si différents. Je devais rejoindre Fabrice au TriPo ensuite pour la Nuit du Court. Finalement, histoire d’en profiter encore un peu mais pas trop, fatigué ce soir, je vais aux Beaux-Arts. C’est le cycle Animation 2. Ceux que j’ai retenu : Frigo : la fête des aliments dans le frigo jusqu’à ce que l’oeuf en super-héro répare le ventilateur (assez proche de ce qu’on avait déjà vu à l’Univers), Une Charogne qui illustre magnifiquement un poème de Baudelaire, et Dreams and desires ou une caméra folle attachée sur un chien chieur pendant un mariage. C’est ici qu’on entendra le titre de cet article. Pas mangé aujourd’hui, par flemme. J’ai faim. La fatigue se présente aussi peut-être. En rentrant, je remarque un pauvre type en train de dormir dans la voie d’accélération de l’A1 vers Paris. Plus personne au 115, les pompiers du 18 ne peuvent rien faire, et les flics du 17 me disent "ouai on est déjà au courant bonne nuit". Et bien bonne chance inconnu, j’espère pour toi que t’auras pas le sommeil agité, si sommeil il y a .....

Et après

Ben j’ai raté plein de trucs. Durant le festival, j’ai raté les projections de Jneb, les concerts de Vidjé avec Herbaliser, la soirée porno de Berlin aux Beaux Arts, un boulot car j’ai pas répondu à temps, les coordonnées de cette nana à la Chimère. J’ai réussi ... à éteindre la télé. Quoique. Et ce dimanche, je n’irai pas non plus au Carnaval de Dunkerque. Un réveil agréable avec la bande son de The Fountain, grandiose. J’irai probablement voir cet orchestre à Arras.

2 Messages

Répondre à cet article